Douglas KENNEDY – Cul de sac

Douglas KENNEDY : Cul de Sac (1998)

Titre original : Dead Heart (1994)

En gros : Nick est un américain proche de la quarantaine, un peu looser sur les bords. Boulots sans lendemain, sans attaches. Il tombe par hasard dans une librairie sur une carte de l’Australie. Les grands espaces, les grandes routes, le désert, pas de civilisation à des centaines de kilomètres. Il retire toutes ses économies, envoie chier son boulot, et part à l’aventure. Il débarque dans un pays aux moeurs plus que particulières, où la bière est reine et où il ne faut pas conduire la nuit. Un kangourou sur son passage va tout foutre en l’air… il le percute, et c’est le début de la fin. Tout va s’enchaîner. Sa bagnole est foutue, et le pompon, il rencontre Angie. Elle va l’emmener à Wollanup, trou perdu dans le désert, où vit une communauté plus déjantée qu’elle encore.

Comment je l’ai découvert: recommandé par une amie, la meilleure des pubs.

Le souvenir que ça me laisse : une lecture agréable, un style familier, oral. Humour décapant, noir, argot à gogo. Je me suis laissée emporter, dépaysant!

Je le recommande : aux passionnés d’Australie, de road stories, d’univers déjantés.

A lire si : on a envie d’une parenthèse dans la grisaille, de dépaysement, d’une lecture sans prise de tête.

Ca m’a fait penser à : curieusement, et dans un tout autre style, à Utopie de Thomas More. Dans le côté communauté retranchée du monde, avec ses propres codes et lois égalitaires. Une sorte de réecriture du mythe de la Terra Incognita, cette terre du bout du monde.

Publicités
Published in: on 14 mars 2010 at 11 h 18 min  Comments (3)  
Tags: , ,

The URI to TrackBack this entry is: https://aventuresheteroclites.wordpress.com/2010/03/14/douglas-kennedy-cul-de-sac/trackback/

RSS feed for comments on this post.

3 commentairesLaisser un commentaire

  1. J’ai lu ce bouquin et je trouve ton résumé génial !
    Je l’ai lu en anglais y’a quelques années et j’avais adoré certaines expressions, dont une que j’ai retenue, le héros parlait d’une minuscule « ville » au milieu du bush australien à côté de laquelle il passait en voiture, et son commentaire c’était genre « a blink-you-miss-it kind of town », je sais pas pourquoi ça m’avait fait rire !

    • J’imagine le style de langage fleuri qu’il devait y avoir en VO, certaines expressions devaient valoir le coup!

  2. ça fait longtemps que j’ai envie de le lire celui ci !! Mais ma pile de livres à lire ne désemplit pas pr l’instant ! 😉


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :