Katarina MAZETTI – Le mec de la tombe d’à côté

Gaïa Editions (2006) – 254 pp. / Existe en version poche chez Babel (2009)

Titre original : Grabben i graven bredvid (1998)

Pour résumer: Désirée vient de perdre son mari, et se rend au cimetière où il est enterré. Benny a perdu sa mère, et vient fleurir le tombeau familial qui est situé juste à côté de celle du mari de Désirée. Ils s’observent : une femme plutôt cérébrale, réservée, proprette limite froide d’un côté et le paysan, le blaireau qui sent l’étable et qui a de la terre sous les ongles, de l’autre. Improbable autant qu’incompréhensible, ce roman est l’histoire d’une passion mouvementée et d’un choc culturel réciproque.

Comment je l’ai eu entre les mains : c’est un grand succès de librairie et j’ai profité de la pause estivale pour rattraper mon retard. J’ai du attendre des semaines après l’avoir réservé à la bibliothèque, on se l’arrache.

Impressions de lecture : ça se lit facilement et rapidement, l’écriture est fluide, humour pince-sans-rire, cocasse, ça passe bien dans l’ensemble. La narration alternée laisse la parole aux deux protagonistes, les chapitres courts rendent la lecture assez dynamique. Ca a été un agréable moment de lecture détente, mais ça s’arrête là:

Le thème du choc des cultures, du mode de vie urbain VS rural, ça frisait la caricature et la facilité pour le personnage de Benny le Blaireau. Et surtout :

(SPOILER) : la fin est digne d’un téléfilm pour les ménagères qu’on regarde un après-midi uniquement si on est cloué/e au lit avec une grippe atroce et le cerveau ramolli par les médicaments. Ca se veut drôle mais c’est un poil conservateur dans le fonds (à mon goût du moins): cette horloge biologique, ce désir d’enfant et de foyer, cette réconciliation in extremis, ce n’est rien moins qu’une happy end sirupeuse qui essaye de ne pas l’être. J’aurais préféré un truc qui ait plus de gueule, plus cynique.

Ca m’a fait penser à: une version écrite de l’émission L’Amour est dans le pré. Pour l’univers agricole, le choc des cultures, le conte de fée parmi les bouses de vache, etc.

Je le recommande : à un large public voulant quelques heures de lecture sympathiques, gentillettes.

Publicités

The URI to TrackBack this entry is: https://aventuresheteroclites.wordpress.com/2010/08/02/katarina-mazetti-le-mec-de-la-tombe-da-cote/trackback/

RSS feed for comments on this post.

3 commentairesLaisser un commentaire

  1. Ma mère m’a offert ce bouquin à Noël, sans même savoir je pense que ça allait devenir un grand succès en librairie !
    J’ai dû en lire la moitié, et puis je l’ai laissé tomber pendant plusieurs semaines, et je n’ai jamais eu le courage de le reprendre de peur d’avoir oublié le début…
    La lecture était plutôt agréable et ça ne me déplaisait pas du tout, mais à lire ton billet j’ai peut-être bien fait de ne pas aller jusqu’à la fin…!

  2. J’avais déjà non-noté ce titre à plusieurs reprises (!! Le sujet et les billets ne m’avaient pas tenté), j’ai donc vraiment bien fait !

    • Je l’ai lu un peu par « devoir », c’est un gros succès de librairie et je voulais savoir de quoi ça retournait. Mais je confirme, je ne suis pas cliente de ce genre d’histoire, trop gentillet pour moi. Mais je comprends totalement ce qui a pu plaire chez tant de lecteurs/trices.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :