Michel FABER – Contes de la rose pourpre

Michel FABER: Contes de la rose pourpre (2006)

Titre original : The Apple (2006)

En gros:  Recueil de 7 nouvelles de l’auteur de The Crimson Petal and the White (https://aventuresheteroclites.wordpress.com/2010/04/03/michel-faber-the-crimson-petal-and-the-white/) qui inaugure ma catégorie WOW. WOW = coups de coeur, admiration, culte, bref : j’ai aimé.

Autant le dire tout de suite: ce récueil n’est pas une suite à proprement parler mais plutôt un complément au roman. Est-ce que l’auteur serait quand même assez vicieux pour ne pas nous dire, nous révéler ne serais-ce qu’un tantinet, ce que sont devenus Sugar la prostituée, la petite Sophie, ou encore la pieuse Emmeline? Alors là, ne comptez pas sur moi pour vous le dire.  

Ma nouvelle préférée: « Une puissante cohorte de femmes, coiffées de très grands chapeaux ». Ca parle d’Australie, de manifestations de suffragettes & on retrouve des personnages qu’on espérer plus retrouver, bref, le bouquet final du recueil.

Le souvenir que ça me laisse: J’en aurais voulu encore plus, plus et encore plus. J’ai retrouvé des personnages auxquels je m’étais attachée, c’était un peu comme d’avoir l’édition collector d’un film qu’on aime, et de découvrir des scènes coupées au montage en bonus.  

Michel Faber maîtrise l’art de la narration, son écriture est très habile, on attend une conclusion, puis finalement ce n’est pas ce qu’on attendait. Il stimule le lecteur, l’apostrophe, et c’est très efficace. J’aime être surprise donc je suis plutôt bonne cliente. Même si la publication/traduction de ce recueil était sûrement destinée à surfer sur la vague de succès du roman.

Je le recommande: à ceux qui ont lu La rose pourpre et le lys et aux amateurs d’ambiance victoriennes. L’auteur dit dans son avant propos qu’on peut lire ces contes sans avoir lu le roman: ils sont indépendants. C’est vrai mais je pense qu’on les savoure mieux si on s’est attachés aux personnages en lisant le gros pavé.