Georges FLIPO – La commissaire n’aime point les vers

La Table Ronde (Février 2010) – 300 pp.

Pour résumer: Un hiver, à Paris. Un SDF est retrouvé mort. La commissaire de la 3ème DPG, Viviane Lancier, plutôt vieille école et terre à terre, est chargée de l’affaire. On lui a collé un adjoint plutôt atypique, débutant, et surtout… licencié en Lettres Modernes. Son tempérament littéraire, son zèle, ne correspondent pas à la discipline des procédures, il cumule les bourdes. Dans la besace du SDF, fervent admirateur d’Hugo, se trouvait une mystérieuse enveloppe au contenu des plus étonnants : un sonnet aux tournures baudelairiennes.  L’enquête s’enlise, et les morts se multiplient autour du sonnet: qui le touche trépasse ou presque…

Pourquoi cette lecture? : j’ai soif de polar en ce moment, et les billets qui avaient fleuri sur la blogosphère à sa sortie me laissaient envisager un bon moment de lecture. L’accueil critique « professionnel » avait également été bon. Je l’avais vu décrit comme un polar littéraire, une commissaire à la tête d’une équipe d’hommes, une enquête tournant autour d’un poème de Baudelaire, enfin bref il ne m’en fallait pas plus.

Impressions: je l’ai lu vite, l’écriture est fluide, les pages se tournent, les chapitres se succèdent sans longueurs ni temps mort. Premier bon point donc le rythme.

J’emploie parfois le mot « sympathique » avec des arrières-pensées négatives, mais là non, c’est un roman vraiment sympathique. J’ai eu un peu peur à la première page d’être dans une ambiance « série policière sur la 1 en prime-time » avec les régimes de la commissaire mais finalement non, cette dérision tombe à pic pour contrebalancer les meurtres. J’ai aimé les évocations de Baudelaire, on sent la documentation, mais on ne tombe pas dans l’admiration béate du poète, et ça chapeau.

♦ Bémol : un discours anti-médias un peu manichéen et lourd parfois. 

Je le recommande: volontiers! Aux littéraires qui voudraient découvrir le polar, ça serait un début en douceur, les références à la littérature plus classique (Hugo, Baudelaire) font une balise idéale. Une lecture détente avec un supplément de culture, mélange réussi.

Les petits truc en + : pour découvrir l’auteur, voici son blog et son site.

Publicités