Plus sur Tracy CHEVALIER et Remarkable Creatures

Pour en apprendre plus sur elle, je conseille évidemment son site (uniquement en anglais). Informations complémentaires sur ses romans, ses sources d’inspiration, ses projets, ce qu’elle lit, bref, un bonheur. Il n’y a qu’à cliquer sur sa photo :

J’ai suivi l’avancement de l’écriture, puis de la sortie & de la promotion, de Remarkable Creatures, sur son site. Régulièrement, elle écrivait des messages sur ses recherches, ses idées, etc. Extra! Elle a déjà commencé les recherches pour son prochain roman…

Pour la petite histoire, le titre initiallement prévu était She sells sea shells. Titre magnifique (répétition des sons qui ne rend rien du tout de chez rien du tout en français : « Elle vends des coquillages »), et elle (peut-être que son éditeur y est pour quelque chose aussi) a finalement choisi un titre plus simple, qui passe mieux à la traduction. Je comprends les raisons mais je n’ai pas pu m’empêcher d’être un poil déçue qu’il ne soit pas retenu.

Mary Anning (comme d’autres personnages du roman) à réellement existé, elle est née en 1799 et est morte en 1847. Tracy Chevalier a bien sûr romancé son parcours, sa vie, sa personnalité, etc. mais elle a bel et bien découvert tous les fossiles évoqués. Voici son portrait :

© Natural History Museum, London

Les magazines féminins remontent un tantinet (faut pas exagérer non plus) dans mon estime: voici une DELICIEUSE interview réalisée par Femme Actuelle, et en français s’il vous plait (première à ma connaissance)! Avec son charmant accent anglais, passionnée et tout et tout :

Si avec tout ça je ne vous ai pas donné envie de la lire, c’est que vous y mettez vraiment de la mauvaise volonté… 😉

Publicités

Tracy CHEVALIER – Remarkable Creatures

Harper & Collins (2009) – 352 pp.

Traduction française : Prodigieuses créatures (Mai 2010 – Quai Voltaire)

En quelques phrases : Angleterre, début du 19ème siècle. Elizabeth Philpot s’installe avec ses deux soeurs à Lyme Regis (côte sud de l’Angleterre), où elle mène une vie de célibataire libre. Sa curieuse passion pour les fossiles ne la rend pas tellement respectable; elle trouve une amie en Mary Anning, fille d’une famille ouvrière très douée pour repérer et chasser les fossiles. Elizabeth va suivre les découvertes de Mary, qui sont autant de défis intellectuels pour les hommes de leur temps.

Comment il est parvenu entre mes mains: Tracy Chevalier est tout simplement l’une de mes auteures préférées. Je la suis de très près et ai lu quasi tout ses romans.

Il y a des lectures qu’on recule volontairement, un trésor qu’on laisse de côté sans l’ouvrir, exprès, jusqu’à temps qu’on en puisse plus. Je l’ai reçu il y a plusieurs mois, et j’ai attendu d’être dans la meilleure disposition d’esprit possible pour le lire.

Impressions de lecture :  j’ai retrouvé sa plume avec beaucoup de plaisir, sa patte, sa puissance d’évocation. Son style est à la fois fluide et poétique, accessible et subtil. Que dire… j’ai été emballée et conquise du début à la fin. Je le relirais volontiers dans quelques années.

Je n’avais plus la notion du temps en la lisant; j’étais sur cette plage du Dorset avec ces deux femmes affirmées et curieuses, je partageais leurs découvertes. Elles ne ressemblent pas aux ladies conventionnelles, superstitieuses et passives. Elles questionnent, s’interrogent, cherchent, fouillent la terre. Ces personnages sont aussi, sinon plus, fascinantes que les créatures qu’elles découvrent et étudient.

La richesse thématique du roman. Il pose des questions sur l’amitié féminine, la féminité. Comment arriver à être crédible aux yeux des hommes, quelle reconnaissance attendre d’eux? Quelle place peuvent-elles conquérir dans la société sans leur appui? Il nous plonge également dans les débats philisophiques, religieux et scientifiques de ce début du 19ème siècle : comment expliquer que ces créatures, dont les fossiles sont les restes, se soient éteintes? Comment expliquer que Dieu ait permis cela?

Je le recommande : aux lecteurs qui ont déjà croisé la plume de Tracy Chevalier, que vous retrouverez avec plaisir; aux passionnés de 19ème, aux amateurs de romans historiques vivants, enthousiastes; à ceux qui enfants, rêvaient d’être paléontologues et qui ont grandi, avec toujours cette part de fascination dans un petit coin de leur mémoire.

Aux lecteurs exigeants, soucieux de qualités littéraires, comme aux lecteurs désirant s’évader loin de chez eux, dans le temps et l’espace. Si vous n’avez jamais lu Tracy Chevalier, c’est peut-être le moment de tenter!