Kevin CANTY – Une vraie lune de miel

Albin Michel, collection Terres d’Amérique (Mai 2010) – 242 pp.

Choix de nouvelles fait par l’auteur, parmi les recueils Where the money went (2009) et Honeymoon (2001)

En gros : 15 nouvelles comme autant de plongées dans l’Amérique qui ne fait pas parler d’elle, l’Amérique des déçus de la vie, des pas-si-normaux-que-ça, des amers. Des adultères, des pères qui attendent leur fils, des jeunes femmes paumées, un enfant affamé de chocolat…

Comment je l’ai découvert : lu à l’occasion d’un partenariat avec BOB et les éditions Albin Michel. C’est clairement la couverture qui a motivé ma demande, j’ai trouvé ça décalé, pop, une sirène en top-less sur une télé, franchement, ça méritait bien le coup d’oeil.

Impressions de lecture : euh… pas terribles. J’ai trouvé la majeure partie malheureusement sans intérêt. Ca se lit bien, pas de problème là-dessus, mais aucun texte ne m’a vraiment marquée. Pour être tout à fait honnête, j’ai déjà oublié de quoi parlaient la majorité des textes, c’est pour dire.

♦ La 4ème de couv’ vantait « un sens de l’observation », la peinture de l’intime, des non-dits … oui, mouais. Je suis sincèrement restée sur ma faim, je m’attendais à un style plus incisif, plus rentre-dedans, plus décalé. Et la chute, clef des nouvelles. Il m’a également manqué un fil conducteur, un thème ou des motifs communs, qui aurait unifié le recueil. Dommage.

Je le recommande : ou pas…

Je remercie les éditions Albin Michel et BOB pour ce partenariat.

Yoko OGAWA – Les Paupières

Yoko OGAWA : Les paupières (Actes Sud, 2007)

Titre original : Mabuta (2001)

 En gros: Un recueil de huit nouvelles ayant pour thème la rencontre, le rêve, l’étrangeté. Des narratrices plongées dans le bizarre, le fantasque, loin de chez elles où tout proche, confrontées à l’inexplicable, au merveilleux, à des êtres exceptionnels.

Comment je l’ai découvert : j’avais lu beaucoup d’avis enthousiastes sur cet auteur sur la blogosphère et ailleurs, et j’avais depuis longtemps envie d’explorer la littérature japonaise. Ce titre m’a plu à la bibliothèque, et suis donc repartie avec.

Mes impressions de lecture : j’ai aimé le côté diversifié du recueil, les nouvelles se distinguent les unes des autres. J’ai apprécié certaines et d’autres ne m’ont en revanche pas laissé un souvenir impérissable.

Ma nouvelle préférée du recueil : « Les paupières », qui a donné le nom au recueil. Pour le contraste entre l’écriture douce et pudique, et le fonds dérangeant (du moins c’est ce que j’ai pensé). Une petite fille se prend d’amitié pour un vieux monsieur, N. qui s’est fait agressé et tabassé. Leurs rendez-vous clandestins sont l’occasion d’un échange indéfinissable.

♥ J’ai aussi aimé « Les Ovaires de la poétesse », très étrange.

Je le recommande : aux amateurs de récits poétiques, méditatifs.

Published in: on 1 mai 2010 at 14 h 55 min  Comments (6)  
Tags: , , ,