Juliette JOURDAN – Le Choix de Juliette

Juliette JOURDAN : Le Choix de Juliette (2009)

En gros : Juliette vit à Tours, en colocation avec Anna Lisa, dit Zaza, et Marilyn, un chat. Elle cumule les petits boulots, et étudie (est censée étudier) en parallèle. Elles ont plein d’amies, plus extravagantes les unes que les autres. Toutes n’ont pas toujours été des femmes. Zaza est prof à la fac, elle est une intellectuelle & militante. Elle organise un colloque international sur la transsexualité, et c’est l’occasion de décrire une communauté haute en couleurs, avec ses peines et ses interrogations.

Comment je l’ai découvert: en solde chez Gibert. Les escarpins rouges de la couverture m’avaient bien tentée, le résumé de l’éditeur était drôle et sympa, je me suis dit que ça allait être divertissant. Ca s’annonçait bien.

What happened?!*: Le fonds, le thème m’a intéressée. Ce que c’est que d’être une femme, d’en devenir une. Comment définir la féminité. « La condition féminine » & la question du genre m’a toujours passionnée, et dans une autre vie (il y a quelques mois en fait), j’avais commencé un mémoire axé sur cette question. J’avais lu pas mal d’essais sur ce sujet. J’ai bien aimé les touches d’humour et la distance que le personnage/auteur? prend avec les intellectuels et autres théoriciens des gender studies, leur côté snob, communautaire. La deuxième moitié du livre m’a plus plu que la première.   

Mais : – Le personnage éponyme est limite transparente dans les 150 premières pages. Dommage.

– Je m’attendais plus à un roman qu’à ce récit hybride témoignage/auto-fiction/journal/tranches de vies. J’avais l’impression de lire un documentaire, voire parfois un essai.

– Le style m’a dérangée. Beaucoup de noms de lieux, de rues, de marques (de fringues en particulier),… ça frisait la pub. Mais surtout, je me suis sentie un peu exclue. Je m’explique : j’ai eu l’impression que l’auteur racontait (de façon romancée ou pas, peu importe) sa vie sans se soucier de faciliter la lecture ni de l’effet produit sur le lecteur/lectrice. Dommage. 

– Sans parler de passages qui m’ont parus invraisemblables, d’autres larmoyants. 

Le souvenir que ça me laisse: mouais. Au suivant.

***

* pour les non anglophones : que s’est-il passé?!

Publicité
Published in: on 1 avril 2010 at 14 h 56 min  Comments (6)  
Tags: , , ,